Accueil > Espaces membres > Année 2016

Année 2016

Par le Président de l’association : Pierre-Yves Malo



Dans mon rapport moral de l’année dernière, qui portait donc sur la période 2015, j’ai parlé de 2016, je vais y revenir cette année mais je vais aussi parler de 2017. Ce n’est pas une question de désorientation temporelle, non. Cela tient au fait que les événements que l’on crée à l’association sont parfois plus importants, entre autres sur le plan organisationnel, et demandent donc d’anticiper, de les préparer très en amont.
2016 donc, et le congrès de Pontivy sur le thème « Traumatismes Psychologiques & Vieillissements », les 7-8-9 avril. Une nouveauté du point de vue du format (deux jours et demi) et de l’appellation « congrès ». Une nouveauté surtout dans la thématique, non encore vraiment explorée à l’association auparavant. Ce congrès a été plutôt une réussite du point de vue du nombre des participants, bien que réalisé en centre Bretagne, là où les lignes de chemin de fer ne passent pas, et surtout pendant les vacances scolaires du fait d’un décret scélérat qui a modifié les zones et décalé les vacances bretonnes alors que nous avions déjà réservé le Palais des Congrès !
Ce congrès, je vous le disais déjà l’année dernière et cela ne s’est pas démenti sur les quatre premiers mois de l’année, nous aura demandé beaucoup d’énergie : le programme en a été beaucoup modifié, y compris dans les tous derniers moments. Je vous le disais aussi, heureusement que nous avons acquis l’expérience que nous avons aujourd’hui et qui nous permet d’anticiper sur les problèmes et de faire face aux imprévus.
Quoiqu’il en soit, ce fut un beau congrès qui a beaucoup plu aux intervenants comme aux congressistes. S’il a été l’occasion de nous instruire sur les différents types de traumatismes psychologiques et les façons de les traiter, ou encore l’histoire et l’actualité de la victimologie, il a aussi permis d’aborder de façon plus spécifique la question du psychotraumatisme chez la personne âgée, ce qui jusqu’alors a été assez peu analysé. A l’aune d’une longue vie et souvent en situation de vulnérabilité accrue, il n’est pourtant pas étonnant que les personnes âgées soient tout particulièrement concernées par cela. Pourtant, il est certain que nous autres, soignants au sens large, passons trop souvent à côté de la genèse psychotraumatique de symptômes que l’on attribue par facilité aux affres du vieillissement. Cette thématique est en tout cas suffisamment féconde autant qu’ignorée pour que l’on continue à la travailler dans les années à venir.
Autre temps fort de l’année, le séminaire « Un possible, impossible chez soi ? » qui a eu lieu à Plabennec en Finistère le 18 novembre et a réuni 286 personnes. Il s’agissait du premier séminaire de l’antenne finistérienne et on ne peut qu’applaudir à sa réussite, tant pour la qualité et la complémentarité des interventions que pour le nombre de participants à une première du genre. Le thème, innovant pour l’association, a intéressé tout autant des personnes habituées de l’association et de ses séminaires que de nouvelles personnes, surtout locales, ce qui nous ouvre à un nouveau public qui ne nous connaissait pas encore mais dont on peut supposer qu’il sera désormais attentif à ce que nous proposons. Cela a été aussi l’occasion de découvrir un lieu, la salle des fêtes de Plabennec, très adapté et chaleureux et qui pourra être réservé pour la prochaine journée (ou plus) organisée par l’antenne « du bout du monde » !


Autre temps fort de l’année, les journées d’échanges de pratiques et de partage d’expériences intitulées « Démarches participatives et évaluation avec les usagers ». Ces journées ont eu lieu à l’initiative de la Fondation de France, les 8 et 9 juin 2016 à la Maison des Associations de Rennes, 38 personnes ont participé.
La Fondation de France a en fait sollicité l’association pour coordonner ces journées, connaissant par expérience notre qualité d’organisateur d’événements. Charge à nous de trouver la salle, les hébergements, la restauration, mais aussi de participer pour certains d’entre nous comme co-animateurs des différents temps forts de ces deux jours.
Outre la confiance accordée par la Fondation à l’association et l’apport financier que cela a permis, l’intérêt pour la thématique était pour nous certain. Faire participer l’usager à notre réflexion, d’une façon ou d’une autre, est une évidence tout comme elle l’est pour l’approche clinique de la personne. L’enseignement de ces journées a été très intéressant. Le lien avec la Fondation de France encore renforcé.
Notre association est née en 1987 et c’est donc cette année que nous fêtons ses 30 ans. Les 20 ans avaient été l’occasion d’un colloque exceptionnel avec des invités prestigieux. Nous ne pouvions faire moins pour ces 30 ans. Dès l’année dernière un groupe de travail étoffé s’est donc créé dans ce sens. Le choix du lieu s’est porté sur le Palais du Grand Large à Saint-Malo, magnifique endroit avec vue sur mer, bel écrin pour un anniversaire.
Pour le contenu, notre idée a été de revisiter un certain nombre de thèmes portés par l’association au fil de ces 30 années, avec un fil rouge, celui de la liberté. Ainsi, les thèmes du droit aux risques, de la maltraitance, de la fragilité, de la fragilité, de la médicalisation, du psychotraumatisme et du désir ont été retenus. L’idée, après qu’un membre de l’association aura fait un résumé du travail de chaque groupe, est de donner la parole à une personne extérieure à l’association et qui n’est encore jamais intervenue pour nous, de façon à pouvoir décaler notre regard, à aller plus loin sur chacune de ces thématiques. Pour certains des thèmes, une illustration par l’exemple sera ensuite aussi proposée.
Enfin, à la fin de chacune des deux journées du congrès, nous avons imaginé faire une table ronde avec comme intervenants les personnes qui nous ont tout particulièrement aidé à faire avancer notre réflexion au fil de ces années, par leurs écrits bien sûr mais aussi en intervenant plusieurs fois lors de nos colloques ou séminaires. Dès l’année dernière nous les avons donc sollicités et je ne peux que dire mon contentement, mon plaisir : tous ont répondu présent. Signe de l’intérêt porté à notre association, certainement, mais aussi de la qualité de notre accueil qui les a fait devenir des amis.
2016 aura donc été une année particulièrement riche pour l’association et ses antennes, avec de nombreuses réalisations et ce beau projet à démarrer. Je ne peux que remercier les membres et bénévoles de l’association qui ont mis leur dynamisme et leur énergie à contribuer ainsi à notre aventure associative. Une association à la trentaine flamboyante !