Accueil > Espaces membres > Année 2015

Année 2015

Par le Président de l’association : Pierre-Yves Malo


J’ai fait l’année dernière mon rapport moral en forme d’éloge aux journalistes de Charlie Hebdo, car notre AG avait lieu peu de temps après les attentats qui les ont si cruellement touchés. Depuis il y a eu les attentats du 13 novembre où tant de jeunes ont trouvé la mort et où tant d’autres, jeunes ou plus vieux, ont été profondément traumatisés psychologiquement. Et je me dis que, même sans le vouloir, nos réflexions associatives sont dans l’air du temps.

En effet, une bonne part de l’énergie associative rennaise et de l’antenne du centre Bretagne a été consacrée l’année dernière à l’élaboration du congrès sur « Traumatismes Psychologiques & Vieillissements ». Cet événement a lieu cette année et il en sera sûrement fait mention dans le rapport moral de l’année prochaine, mais l’importance de la phase de préparation d’un tel événement mérite que l’on s’y arrête dès cette année. Le petit groupe qui s’est attelé à cette tâche y a consacré beaucoup de temps (nous y avons passé de nombreux samedis) et d’énergie et la réalisation d’un programme enfin finalisé n’a pas été une sinécure. Je pense que sans l’expérience acquise au fil des années, cela n’aurait pas été possible. Cela a montré aussi l’importance de l’anticipation et de la méthode pour la réalisation d’un événement de cette importance.

D’ailleurs, en parlant d’anticipation, nous avons déjà commencé à entamer l’année dernière aussi la réalisation du colloque des 30 ans de l’association, en réservant le palais des congrès de Saint-Malo pour novembre 2017 ! Mais aussi en commençant à réfléchir au thème que nous pourrions aborder et qui pourrait être, d’une certaine façon, un récapitulatif de nos réflexions depuis 30 ans. Si le thème est à affiner, nous en avons déjà peut-être le titre, un peu poil à gratter et donc fidèle à notre démarche : « Libérez les vieux ! »

Enfin, l’association rennaise a aussi, en parallèle, organisé le colloque « Médicalisation de la vieillesse et de la mort » à Acigné, qui a eu un succès certain, sur un thème pourtant pas facile, qui est plus un thème de réflexion qu’à vocation pratique. Ce qui montre que nous avons maintenant nos fidèles et qu’ils nous font confiance.

Comme vous le voyez, donc, notre association « historique », rennaise, a eu sérieusement du pain sur la planche en 2015. Mais les antennes n’ont pas chômé non plus.

Ainsi l’antenne de Cancale a-t-elle proposé un séminaire intitulé « A corps perdu », après environ deux ans de travail en groupe de réflexion sur le thème. Ce séminaire a été l’occasion de faire part de leurs réflexions et d’inviter David Le Breton, sociologue qui a beaucoup écrit sur le corps. Depuis le séminaire, l’antenne s’est un peu mise en stand-by, en repos, mais il ne m’étonnerait pas qu’elle reprenne ses activités rapidement, avec une équipe partiellement recomposée et une nouvelle énergie.

L’antenne de Nantes, là aussi après un travail de fond du groupe « Les lundis de Nantes », a pu proposer une nouvelle et très intéressante journée de séminaire sur le thème « Deuils & Démences ». Ces séminaires, plutôt consacrés à un public de psychologues, cherche à favoriser l’interaction en laissant du temps à l’échange et en limitant le nombre des participants. Ils ont du succès et, chaque fois, nous devons refuser du monde.

Je fais un constat : il y a aujourd’hui, au niveau de l’association rennaise, plus de groupes constitués en vue de la préparation de colloques et de groupe d’analyse de pratiques que de groupes de travail thématiques. Par le passé, les groupes de travail étaient plus nombreux, se réunissaient autour d’un thème et, parfois après plusieurs années de réflexion, les membres du groupe se sentaient suffisamment légitimes pour envisager un séminaire.

A quoi tient cette évolution dans le fonctionnement de l’association, le fait que des groupes s’arrêtent sans que d’autres se créent ? Sans doute au fait que les groupes de préparation des colloques nous prennent déjà beaucoup d’énergie et que du coup il manque des animateurs pour de nouveaux groupes de travail. Je pense aussi que notre association, mais surtout une bonne partie d’entre nous, avons pris de l’âge, il faut bien se l’avouer. Et nous sentons peut-être moins le besoin de travailler longuement une question avant de s’autoriser à en parler. Et puis nous nous sommes imposé un certain rythme : des Rencontres tous les trois ans, un séminaire « Psychologue en gérontologie » tous les trois ans… Cela fait qu’à peine sorti d’un colloque il s’agit de penser au suivant. Nous ne sommes plus au rythme du travail des groupes mais au rythme de l’association.

Je ne parle là que de l’association rennaise, car si l’on regarde du côté des antennes, elles continuent, elles, de faire comme nous faisions avant, de mettre sur le métier, 100 fois, la question qu’elles souhaitent traiter. C’est le cas de l’antenne de Nantes qui, à partir de leur clinique et de l’analyse de cas, extrait et travaille ce qui sera la thématique de leur journée suivante. C’est le cas de l’antenne du bout du monde qui est actuellement au travail sur la question du « Chez soi » et qui a d’ailleurs préféré se séparer en plusieurs sous-groupes pour travailler, avec des mises en commun régulières. Ils engrangent leurs réflexions et leurs lectures en vue d’un séminaire, en novembre prochain.

Ce constat fait, je pense qu’il peut être utile de chercher à relancer la création de nouveaux groupes de travail au sein de l’association rennaise : c’est une question d’équilibre. Souvent des propositions sont faites de nouveaux thèmes lors des journées des adhérents, mais rares sont les groupes qui ensuite se créent effectivement. Il faudra sans doute être, de la part de l’association, plus proactifs à ce niveau. Sans doute aussi faut-il en parler plus, par le biais du bulletin ou du site Internet.

De nouveaux projets quand il y en a déjà de nombreux en cours ! Ce qu’il faut pour maintenir une bonne dynamique associative…

Le rapport moral a été approuvé à l’unanimité.