Accueil > Séminaires > Médicalisation de la vieillesse et de la mort

Médicalisation de la vieillesse et de la mort

19 et 20 Novembre 2015 - Le Triptik à Acigné (35)



 


 


Programme du séminaire


 


 


On assiste, depuis plusieurs décennies, à une médicalisation progressive de la vieillesse et de la fin de vie.


 


Le concept de fragilité de la personne âgée, issu des pays anglo-saxons et largement repris par la gériatrie française depuis une dizaine d’’année, illustre bien ce fait en ce qu’’il vient rompre avec l’’évidence souvent martelée par G. Laroque : « La vieillesse n’’est pas une maladie ». Aujourd’’hui, l’’évidence est celle de l’« evidence based medecine », ou médecine fondée sur les preuves, néo-scientisme qui ne laisse que bien peu de place au doute.


 


Du côté de la fin de vie, le mouvement des soins palliatifs a bien tenté de résister à la médicalisation de la mort mais a été rattrapé par un mouvement plus large de médicalisation de la vie, incluant la fin de vie.


 


Quelles sont les conséquences sociales et individuelles de ce phénomène ?


 


Comment la bio-médecine en est arrivée à prendre autant de place dans nos vies ?


 


Cela ne répond-il pas aussi pour une part à notre propre attente d’’une solution à notre angoisse de mort, autant pour soi que pour les autres (parents, patients) ?


 


Et dans notre monde hyper-contrôlé, y a-t-il des alternatives possibles ?


 


Qu’’elles soient globales et politiques ou locales, expérientielles, cliniques ?


 


Le risque est bien celui d’’avoir demain, au vu du développement exponentiel des capacités techniques et technologiques, une fin de vie sous contrôle, une vieillesse 2.0. Dans le meilleur des mondes ?