Accueil > Séminaires > Séminaire "Transmettre : une traversée dans le temps et les générations

Séminaire "Transmettre : une traversée dans le temps et les générations

14 et 15 novembre 2019 à la Salle Le Phare à Saint-Coulomb (35)



programmation en cours


 


Transmettre…et recevoir. Transmettre c’est aussi déposer, faire vivre une mémoire et la mettre en mouvement. Nous nous inscrivons ainsi immanquablement dans le fil de notre condition d’être humain. Les temps passé, présent et futur s’entremêlent. Chacun s’approprie, tricote, file l’écheveau de ce qui est transmis volontairement, involontairement, voire consciemment ou inconsciemment. Si nous nous emparons de l’acte de transmettre comme un devoir, nous transmettons aussi sans nous en apercevoir voire, parfois, faisons le choix du « refus de transmettre ».


 


Pourquoi transmettre ? Est-ce inhérent à l’humain ? L’âge, le vieillissement, l’approche de notre finitude, de notre mort sollicitent-ils notre désir de continuer à exister dans le souvenir de ceux qui restent. Est-ce un désir d’empreinte, de trace, d’une certaine forme d’éternité ?


 


Qu’en est-il de cet acte au sein des familles actuelles où le lien entre les générations semble se nouer de façon « choisie, pensée et réciproque » (Serge Guérin et Henri Tavoillot) ?


 


Entre maîtrise et indicible, au sein des familles où en dehors d’elles, dans les liens d’attachement, quelle liberté gardons-nous pour transformer, s’approprier ce qui nous est transmis ? Quelle est la place de l’oubli ?


 


Une part forte est donnée ici à l’écrit, comme support du récit singulier, individuel, du récit « ordinaire » (association pour l’autobiographie). Il donne à penser et à construire aussi bien le récit familial que notre histoire collective et l’histoire de notre espèce. L’art est lui aussi convoqué et interrogé par la place qu’il occupe dans la transmission.


 


Mais quel en est son contenu ?
Qu’y a-t-il à découvrir encore dans nos greniers et en nous-mêmes ? Vieillir nous pousse à nous interroger sur le temps, sur ce que nous avons reçu, sur ce que nous avons transformé, sur ce que nous retrouvons de transmission dans ce que nous sommes. Objets et maison familiale avec leur charge affective (« objets inanimés avez-vous donc une âme ? » Vers de Lamartine repensant à la maison de son enfance), savoir-être, savoir-faire, valeurs, spiritualité etc, nous imprègnent tout autant que les secrets, les « fantômes », les « cryptes », « les traumatismes » dits et non-dits qui parcourent les générations.